Sécurité-dans-le-cloud-Azure---responsabilité-et-bonnes-pratiques
Sécurité dans le cloud Azure : responsabilité et bonnes pratiques
7 février 2019
Le métier de directeur de système d'information évolue avec les nouvelles technologies
L’évolution du métier de DSI entraînée par les nouvelles technologies
19 février 2019
Voir tout

Serverless : 2 minutes pour tout comprendre

Serverless-2-minutes-pour-tout-comprendre

Le principe 

Le Serverless, c’est ce qu’on appelle la fin du “pet computing”. Jusqu’à présent, on installait les serveurs, on les bichonnait comme on peut le faire pour son animal de compagnie (“pet”), on se concentrait sur leur installation et leur maintenance. En prendre soin exigeant beaucoup de temps, et le besoin d’accélérer étant toujours plus présent, un autre type d’architecture est né : le Serverless. Celui-ci change la façon d’opérer. En effet, avec Serverless, il n’y a plus besoin de s’occuper des serveurs. Il suffit de souscrire pour ne consommer que du service (comme MySQL) selon ses besoins, sans se soucier de la structure en coulisses.

Le fonctionnement 

Si le terme signifie littéralement “sans serveur”, les serveurs font toujours partie de l’équation. Cependant, cela devient “invisible” pour le consommateur, qui n’a plus à s’occuper de cette charge. En effet, le développeur qui utilise Serverless fait le choix de se reposer sur des services cloud, qui gèrent pour lui les serveurs, l’infrastructure et les systèmes d’exploitation. Il n’a plus à gérer les ressources puisque Serverless les pilote, grâce à des événements et des déclencheurs presque en temps réel dans le cloud. Il ne lui reste donc plus qu’à déployer son code pour que celui-ci s’exécute automatiquement.  

 

Les avantages 

  • Un time-to-market plus court : le développeur peut se concentrer sur la génération et l’exécution de son application, puisqu’il n’a plus à gérer l’infrastructure. Il peut ainsi se consacrer à la logique métier et devient plus productif.  
  • Une diminution des coûts : le calcul des coûts étant fondé sur l’usage, on ne paie que le temps d’utilisation pour l’exécution de l’application. Le besoin en API est moindre, ce qui participe également à l’économie. Enfin, les frais d’infrastructure sont plus bas qu’avec un type d’architecture traditionnel.  
  • Gain de temps : l’approvisionnement, la planification de capacité, la mise à l’échelle (scalabilité) ou encore la supervision des serveurs disparaissent des tâches quotidiennes, libérant automatiquement l’agenda des développeurs.  
Bannière newsletter cloud et infra - newsletter Projetlys