window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-66863318-2');

Pour bien préparer une migration cloud vers Microsoft Azure, il faut établir un plan de migration précis. Différentes étapes sont à envisager, différents choix sont à faire. Vous devez définir une stratégie, le périmètre, penser à la gouvernance, construire l’architecture, préparer le terrain. Il faut inclure vos équipes dans la réflexion, puis dans la migration. Voici comment procéder pour que votre migration cloud soit un succès.

Préparez votre migration cloud en choisissant la bonne stratégie​

En premier lieu, vous devez choisir la stratégie qui correspond à vos attentes. Il en existe 4 :

  • « Lift & shift » (Transfert d’hébergement) : cette stratégie est la plus simple. Elle consiste à déployer l’existant à l’identique dans le cloud Azure (on prend et on déplace sans apporter de modifications).
  • « Refactor » (Refactorisation) : ici, il s’agit de déplacer la majorité de l’existant à l’identique, mais de laisser la gestion de certains services (notamment de type « base de données ») à Microsoft Azure (on consomme donc du PaaS). ​
  • « Rearchitect » (Réarchitecture) : cette stratégie consiste à modifier une partie de l’architecture pour l’optimiser grâce à des microservices et répondre à des exigences de mise à l’échelle par exemple.
  • « Rebuild » (Reconstruction) : cette dernière a pour objectif de réécrire complètement le code d’une application avec des technologies natives Azure. ​

Définissez le périmètre de migration

Une fois la stratégie définie, il est nécessaire d’identifier les éléments à migrer. Pour cela, faites un inventaire détaillé et déterminez les dépendances pour migrer tous les composants d’une application. Vous pouvez vous appuyer sur des outils comme Azure Migrate, mis à disposition gratuitement par Microsoft, ou CloudRecon, CloudPilot (d’Unify Cloud). Ces solutions vous fourniront notamment des recommandations et vous aideront à estimer les coûts et le ROI dans Azure.

Réfléchissez à la gouvernance

La gouvernance est essentielle, en local comme dans le cloud. Il faut appliquer les mêmes règles de gestion dans les deux cas, sur la structuration, les identités, les accès, la sécurité, la supervision, la gestion des coûts, l’automatisation, etc. En effet, en vous posant les bonnes questions, vous pourrez profiter du cloud de manière organisée et sécurisée. Déterminez par exemple comment se fera l’accès aux données, qui sera responsable de la supervision, comment seront facturés les services utilisés.

Concevez la cible

Migrer dans le cloud Azure, c’est déployer un datacenter virtuel. Il faut donc bâtir l’architecture de la même manière qu’on le ferait pour un datacenter physique. Vous devez donc définir les réseaux, les points de connexion et les passerelles, les serveurs et les services applicatifs, la sécurisation des flux, les sauvegardes, la supervision et les solutions de sécurité.

Vous devez également faire des choix sur les éléments propres au cloud Azure. Définissez les régions (lieu où vous souhaitez héberger vos données), les groupes de management, les souscriptions dont vous avez besoin, les groupes de ressources, les politiques et les habilitations.

Formez vos équipes

Votre plan de migration doit intégrer un plan de formation. En effet, de nouvelles connaissances doivent être acquises pour gérer votre datacenter virtuel. C’est l’occasion pour vos équipes d’acquérir de nouvelles compétences, de faire évoluer leurs métiers.

Le cloud crée de nouvelles missions, mais également de nouveaux métiers, comme Financier des opérations. Son rôle, né de l’approche FinOps, consiste à gérer l’aspect financier, en encadrant les dépenses cloud pour bien maîtriser les coûts.

Préparez la « landing zone » (zone d’atterrissage)

Cette étape consiste à préparer votre infrastructure à recevoir vos systèmes avant la migration. Pour cela, il faut déployer le socle de base. Cela signifie créer les souscriptions et les groupes de ressources, mettre en œuvre les habilitations, déployer les réseaux et les points d’accès. Vous devez également créer les ressources de tests et valider. Pour ce faire, deux possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez choisir de tout faire à la main via le portail Azure, ou automatiser l’ensemble par ligne de commande. La deuxième option vous fera évidemment gagner beaucoup de temps, et vous permettra, si besoin, de déployer plusieurs fois le même environnement.

Définissez les chemins de migration

Vous arrivez à la dernière étape. Définissez les chemins de migration pour les VMs (Hyper-V ou VMWare), les services de stockage de données, les bases de données et les services de publication d’application ou virtualisation de poste. Enfin, décidez si vous souhaitez faire l’installation des nouveaux systèmes manuellement ou via des scripts d’automatisation.

Allez plus loin dans la réflexion

Pour en découvrir plus sur le sujet, vous pouvez visionner notre replay dédié à la migration sur le cloud Azure et la gestion post-migration :

Pour des raisons de confidentialité YouTube a besoin de votre autorisation pour charger. Pour plus de détails, veuillez consulter nos Mentions légales et politique de confidentialité.
J'accepte

Vous pouvez également vous appuyer sur la méthodologie mise à disposition par Microsoft : Microsoft Cloud Adoption Framework. Et si vous préférez un accompagnement adapté, vous pouvez faire appel à un prestataire qualifié comme Projetlys. Nos experts pourront vous guider, vous conseiller et déployer vos applications dans Azure selon vos besoins.

Contactez-nous
Téléchargez notre petit guide Azure dédié aux entreprises du secteur privé

A propos de l'auteur : Team Marketing

Partagez l'article !